Les industriels d'Azpeitia en visite

azpeitia 2017

 PHOTO P. H.

 

 

Les Azpeitiar ont été impressionnés par le nombre d’actifs à Lauak.

 

 

À l’invitation du comité de jumelage Hasparren-Azpeitia, les industriels guipuzcoans sont venus nombreux découvrir le groupe Lauak, le 11 juillet, à Hasparren. Après une vidéo retraçant toute la genèse du groupe et l’étendue de ses activités, la visite a commencé par l’usine de production des pièces aéronautiques. La modernité des dernières machines y côtoie la main de l’homme, qui façonne à lui tout seul la pièce des avions.

 

Les usines d’assemblage et d’usinage à commande numérique ramenaient beaucoup plus les visiteurs dans leurs éléments habituels. Une belle photo de la délégation devant l’avion symbole du groupe précédait une réception très chaleureuse et gustative dans la salle d’accueil. Puis, au lycée Saint-Joseph, la délégation a été informée, grâce aux commentaires des professeurs bascophones, sur les diverses formations dispensées au sein de l’établissement : usinage, maintenance, électricité, électronique, etc.

 

Travailler ensemble

 

Elle a aussi découvert dans les ateliers plusieurs machines-outils à commande numérique conçues et fabriquées au Pays basque espagnol, ainsi que les relations entretenues avec l’école professionnelle d’Azkoitia-Azpeitia, de Martutene, Oñati et Elgoibar.

 

Dernière étape de la journée, Aldatu, pépinière d’entreprises, grâce à Louisette Darguy, adjointe au maire chargée des affaires économiques et représentant le maire d’Hasparren. Alain Dubois, président d’Aldatu et maire de Macaye, a fait découvrir l’activité de la structure, qui aide les entreprises de la naissance à l’autonomie. L’entretien a été très intéressant entre les deux groupes, chacun découvrant les activités de l’autre.

 

Le président du comité de jumelage, Daniel Camblong, très satisfait de cette journée, entrevoyait pour l’automne prochain une visite de représentants du monde industriel d’Hasparren à Azpeitia pour découvrir, mieux se connaître et peut-être travailler ensemble. Il terminait en remerciant vivement les responsables de chaque structure visitée pour leur très bon accueil, mais aussi pour l’effort fourni par chacune d’elle dans la présentation en langue basque de leur activité.

 

Il concluait en disant : « La modernité a rejoint aujourd’hui nos racines basques. »